Paperblog

vendredi 23 décembre 2011

HADOPI - SOPA : la censure de l'Internet

Dans un précédent article sur ce blog intitulé "Hadopi ou la répression de la liberté sur le net"  je présentais succinctement la fameuse loi HADOPI qui vise a réprimer les pirates du net qui s'adonnent au téléchargement illégal !

Les actualités récentes montrent que ce sujet passionne et fait des émules d'autant plus que d'ici le printemps 2012, les quelques 159 dossiers en instruction commenceront à voir une traduction concrète avec les premières interpellations réelles des contrevenants.

Cette semaine, en France, deux cas cocasses ont fait jour.

Le premier faisait état de téléchargements illégaux par agents de la Police Municipale de Mèze. En effet, en Août dernier, un titre des Black Eyed Peas et le film Cars 2 ont été téléchargés via Emule (site P2P) depuis les locaux de la Police.
Bien sur, le Maire de la Ville n'a pas manqué de diligenter via le Directeur Général des Services une enquête, de black-lister les sites de téléchargement, de vérifier si d'autres fichiers n'ont pas été enregistrer, mais surtout de prendre les mesures répressives qui conviennent.

Le second provient de Palais Présidentiel de l'Elysée (voilà qui est intéressant).
Il semblerait que l'adresse IP de l'Elysée ait été piraté et que quelqu'un de l'extérieur (et non un collaborateur) se serait adonné aux joies du téléchargement de films récents, mais aussi de la compilation des Beach Boys ! Si le Palais Présidentiel s'y met à présent...
N'empêche que le Palais argumente sur le fait qu'il s'agit d'un piratage de l'adresse IP des ordinateurs gouvernementaux !

Là où le bas blesse, c'est que tout le processus d'HADOPI repose sur l'adresse IP des contrevenants : à ce stade on est en droit de remettre en doute la fiabilité d'un tel système, si même le Gouvernement a du mal à gérer cela !

Ces informations tombent mal, vu que le Président Français, Nicolas Sarkozy, cherche par tous les moyens à réguler le Streaming illégal en provenance des autres pays ! La Présidence et le Gouvernement n'ont pas que des amis sur le web ceci dit... et tout sera mis en oeuvre pour démanteler cette loi.

A ce titre, ce jeudi 22 Décembre dans une interview accordée au journal Le Monde, la député PS de Moselle Aurélie Filippetti qui est en charge de la culture dans le clan "Hollande" indique sa volonté affichée du retrait de cette loi par diverses mesures applicables à plus ou moins proche échéance.
On verra le moment venu.

Maintenant, traversons l'atlantique et nous aurons à faire au cousin américain d'Hadopi qui n'est autre que SOPA (Stop Online Piracy Act) que le gouvernement de l'Oncle Sam tente désespérément de mettre en oeuvre. Et "désespérément" n'est pas un faible mot.

Après l'adoption du projet ultra répressif prénommé PIPA (Protect IP Act) - à ne pas confondre avec la fameuse Pipa M. - qui vise à attaquer notamment les sites internet basés  à l'étranger, SOPA inclut le fait que les ayants droits peuvent demander le filtrage de tous les sites proposant leurs oeuvres en téléchargement.
Tout le monde est concernés les sites mais aussi les portails tels que Google ou Facebook; tout cela avec des dé-référencements de site sur les moteurs de recherche mais aussi le gel des sources de paiement en ligne.

Cette loi qui est la même lignée que la française a soulevé un tel tollé de tous bords que son examen a été ajournée pendant un moment... histoire de trouver un consensus. Rappelons le : cela fait deux ans qu'Hadopi existe en France et ça fait un moment que les USA tentent de faire pareil. 

A ce jour, il n'y a qu'un seul pays qui a réussi véritablement ce pari de contrôle total de l'internet : il s'agit de la Chine... vous savez ce grand pays émergent, aux lois ultras répressives mais aussi le banquier général en ces temps de crise financière.
Et si un pays qui est considéré comme démocratique (comme les USA) s'engage dans ce courant et arrive à faire adopter cette loi, il est certain que l'Europe suivra le mouvement et plus singulièrement la France à coup sur !

Le système tout entier serait ébranlé et l'internet libre que nous connaissons se verra brimer : où est et sera donc la liberté de parole, d'expression, de circuler sur le net?

A l'heure où l'on parle d'unité, d'unification, l'internet voit des barrières s'ériger de plus en plus. Bloqués au boulot car cela nuirait à la productivité, nous serons enchaînés chez nous car cela nuirait aux artistes.
Il serait peut être temps de tirer partie du Web et développer pour les artistes un autre mode de diffusion de leurs oeuvres... plutôt que de les ralentir.

Et vous, comment voyez vous l'avenir de l'Internet? Comment réagirez vous face à la censure prévisionnelle graduée? Militerez-vous activement comme certains américains?

A vous de voir et de vous inspirer !