Paperblog

jeudi 14 mars 2013

François 1er : un nouvel espoir ?

Ce mercredi 13 Mars 2013, après 2 jours de conclave (pas si con que ça) le nom du 266ème Pape de l'Eglise Catholique Romaine est tombée. Jorge Mario Bergoglio est devenu le Saint Père François 1er ! Habemus Papam se sont donc écriés les fidèles dans la cour du Vatican.

C'est peu dire, car l'élection du Pape a éclipsé tous les sujets brûlants de l'actualité que furent la vague de neige et de froid en France, la guerre au Mali, la crise mondiale... en fait cette élection a fait mieux qu'une Coupe du Monde de Football. Toute la planète semblait ne tourner qu'autour de Rome ; ceci dit tous les chemins y mènent !

François 1er : le pape des pauvres pour les pauvres ; le serviteur des serviteurs de dieu. En effet, Jorge Mario Bergoglio a choisi un nouveau nom dans une liste déjà pourtant bien fournie. Une vrai cassure et rupture avec le passé. D'ailleurs, Denis Rodman (oui oui) est déjà au Vatican et a demandé une audience au nouveau Pape dans le cadre de sa campagne de diplomate-people en rencontrant les dirigeant de ce monde.
Il vient de loin malgré son nom européen voir romain... En direct de l'Amérique Latine et plus particulièrement d'Argentine c'est une vraie révolution (pas celle d'Apple). Jamais un Pape n'est venue hors du nord de la planète : voilà ce qui devrait ré-équilibrer les forces, d'autant plus que la plupart des catholiques viennent du sud du globe.

Avec ce Pape latino-américain, tout est question de symbole quand on y regarde bien.
C'est un Jésuite, donc proche des réalités des croyants selon le principe consacré et engagé dans la vie et l'éducation. De plus, le nom François fait référence à Saint François D'assise qui se posait lui aux cotés des pauvres en ayant une forte personnalité pour leur venir en aide.
Par ailleurs, le choix de François donne une aura de pureté à l'homme : un nouveau nom, n'ayant jamais trempé dans un scandale de corruption ; bien que l'homme ai refusé d'endosser le rôle de Pape en 2005 (peut être attendait il le bon moment), qu'il n'était ni favoris ni outsider et qu'on l'a accusé de passivité sous le régime de la dictature de 176 à 1983 en Argentine !

Malgré ses 76 ans, c'est un homme "actif" dans sa communauté et sa région. Il est supporteur (et avec sa carte de membre) du Club de San Lorenzo à Buenos Aires. Certes, il n'aime pas voyager mais il devra s’accommoder de sa nouvelle charge.
Chose étonnante lors de son intronisation : il a demandé à la foule de la bénir plutôt que de la bénir avant. C'est une grande première et selon certains un marque d'humilité... en ces temps de crise de la Curie, se serait un peu bienvenu !

En effet, François 1er aura fort à faire pour sortir l'Église de ses pensées arriérées diront certains, de sa perversion et de l'immoralité de certains de ses dirigeants : d'ailleurs il se décrit comme un cauchemar catholique.
Ses croyances, son fonctionnement et son manque de connaissance des rouages internes du Vatican pourraient causer quelques désagréments. Il sera plus un homme de transition qu'un homme de continuité comme Benoit XVI. Les reformes seront là mais seront elles vraiment profondes ?

Pour la plupart, c'est un homme manquant de charisme et des éléments du passé alimentent les moulins. Très voir trop versé dans les écritures cela pourrait aussi gêner une partie de la papauté. Loin des préoccupation européennes et du nord du globe pourrait être aussi un frein dans diverses situations actuelles. D'ailleurs, il envisage de réformer le système à cause des anormalités... la réalité dépassera t'elle la fiction ?
Certains voient déjà dans un avenir proche l'implosion d'une église sclérosée et gangrenée. Là, il y aura matière à débat, tant que ce Pape est en dehors des sentiers battus. C'est à se demander se que recherchaient les cardinaux en choisissant un tel homme... ou comme disent certains "c'est la volonté de dieu" pour sortir l'église romaine de la tourmente. 

Enfin bon, il faudra bien un coup de tonnerre pour éclaircir le ciel et l'instrument sera probablement François 1er.
Espérons que le nom de "François" lui donnera force et courage dans ses actions et qu'il ne restera pas sur "lui-même" ! [Private Joke]

Les jours prochains nous diront si il est bien à sa place et si il a les reins solides et le dos plus large que son prédécesseur démissionnaire pour tenir ferme contre les divers scandales en cours.
François 1er, est il vraiment ce nouvel espoir qu'attend la plus grande religion et dogme du monde ?