Paperblog

lundi 11 février 2013

La Force n'est plus avec Benoît XVI !

Hé oui, l'annonce a résonné ce lundi 11 Février 2012 comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. Le Pape Benoît XVI a décidé de démissionner à compter du 28 Février 2012 à partir de 20h !
Le rendez vous est donc pris pour les successeurs à son trône au Vatican ! Les spéculations vont déjà bon train.

Les classes politiques et religieuses "faussement choquées" se répandent déjà en salutations et hommages. Personne ne veut trop se mouiller en cette période d'incertitudes : un faux pas et tout s'écroule.

Il aura donc fallut 8 ans au Pape en fonction, déjà malade lors de sa prise de fonction, pour reconnaître qu'il n'a plus les capacités physiques et mentales pour assurer "son ministère". Il se retirera donc dans un monastère pour s'adonner à la prière !
Il faut dire que cela ne doit pas être évident de pouvoir renoncer ainsi à cette lourde charge spirituelle et politique... mais le Pape était déjà sur le déclin depuis le début.

Mais est ce là uniquement la maladie la cause de son départ ?

Là encore, des interrogations viennent à l'esprit. En effet, il fut l'un des Papes les plus impopulaires, notamment de par ses idées d'un autre age et en rupture avec son époque... le 21ème siècle !
De plus, les diverses affaires ayant ébranlées l'église catholique ont eu aussi raison de sa capacité à diriger. On pense tout de suite aux affaires de pédophilie mais aussi à l'affaire du Majordome, qui semble avoir été manipulé. Cela mériterait un film à gros budget... ah mais cela a déjà presque été fait me dit'on dans l'oreillette !
Et en dernier lieu, beaucoup de fidèles ont désertés l'église depuis le début de son règne. En Allemagne d'où il est originaire, ce ne sont pas moins de 700 000 personnes qui ont quittées le catholicisme depuis 2005.

A ce stade, on a presque l'impression que de fortes tractations ont été faites pour le pousser vers la sortie, et la maladie tombe bien comme prétexte. Pourquoi pas après tout.
Les clivages et les tensions existent et beaucoup rêveraient d'avoir se trône pour de simples raisons politiques.

Benoît XVI sera donc le 3ème a avoir démissionné en plein exercice de son règne mais aussi le 5ème a avoir atteint plus de 80ans durant un mandat. Il faut au moins lui reconnaître cela.
Certes, un intellectuel avec son franc parler mais peu de forces à son actif.

Twitter et les réseaux sociaux ne lui auront pas servis, ni même ses disques. Rien n'a pu le réhabiliter ni rétablir l'équilibre dans la Force. Il n'aura peut-être été qu'un Pape de transition quand on regarde l'étendue des actes de Jean-Paul II !
Mais bon point de jugement, on aura les réponses bientôt !

L'Empereur ne sera plus. Qui donc prendra sa succession ?
Le Conclave va se réunir et définir à qui ira cette immense puissance (sans fond) religieuse et politique. Mais bon, après tout, qui s'en soucis réellement vu tout ce qui se passe au sein de l'église catholique.
Nous le saurons au prochain épisode.