Paperblog

mercredi 8 février 2012

Quelles sont les conséquences de l'intervention de LETCHIMY?

L'interpellation de M. Claude GUÉANT par Serge LETCHIMY, Député de la Martinique, ce mardi 07 Février lors des Questions au Gouvernement, a pris de grandes proportions tant au sein des Parlementaires  que dans la presse. Son geste fut qualifié d'intolérable et d’inapproprié.

Les remouds provoqués par son allocution et la suspension de séance qui s'en est suivi relève de l'exploit : jamais dans la 5ème République l'Assemblée Nationale ne s'est vidée de la sorte.
Pour mémoire, le dernier cas remonte en 1898 sous la 3ème République lors de l'Affaire Dreyfus qui a provoqué moult crises politiques et sociales en France.

Que risque Serge LETCHIMY?

Le Député tout comme n'importe quel parlementaire est sous le coup de l'immunité parlementaire, donc intouchable tant qu'il est dans l'exercice de ses fonctions. Aucune plainte ne pourra être reçu ni engagée à son encontre. Cette immunité due à son statut ne peut être révoquée que par l'Assemblée Nationale.
Ceci dit, le Conseil de l'Assemblée Nationale se réunira le 22 Février 2012 afin d'examiner cet incident ayant provoqué un trouble et un désordre de haute gravité compte tenu de ses propos, de ce qui lui est reproché et du fait qu'il ne veuille pas présenter d'excuses publiques. Le Député risque soit une retenue sur indemnités, soit une amende conséquente.

Par ailleurs, les membres de l'UMP ont requis du Candidat PS ainsi que la famille politique leur désolidarisation vis-à-vis de Serge LETCHIMY et de ses propos jugés outranciers. Au regard des propos de François HOLLANDE qui comprends la nature des propos du Député apparenté PS, il ne le désavoue pas publiquement ni s'assimile dans ses dires.
M. HOLLANDE ne souhaite pas faire de vagues ni de polémiques durant sa campagne : la vie est une question de priorités. Donc comme à son habitude, il ne prends pas trop de parti tranché dans cette situation.

Bien que désavoué publiquement par Mme Marie-Luce PENCHARD, Ministre des DOM (et originaire de Guadeloupe), Le Président de la Région Martinique a le soutien des ressortissants des DOM de tout partis politiques et même de certains Maires indépendantistes. Une telle fédération de courants politiques vers l'ancien maire de Fort de France est chose peut commune.

Les retombées pour Claude GUÉANT

Le Ministre doit venir le week-end du 10 février en Martinique puis s'engager dans une tournée en Guadeloupe ainsi qu'en Guyane. Le Président de Région Martinique lui a déjà signifié depuis le 06 Février que compte tenu de ses propos sur les "Civilisations" il n'est pas le bienvenu sur l'île.
A la suite de cela mais aussi de l'incident du 07 Février, les Présidents des Régions et Départements de Guyane et Guadeloupe ont déjà indiqués qu'ils ne recevront pas le Ministre sur leurs terres... De but en blanc, cela rappelle Jean-Marie LEPEN ainsi que Marine LEPEN tout à fait récemment sur l'île de la Réunion.

Bien que personae non grata, Claude GUÉANT a maintenu ses venues mais y a apporté des corrections ou ajustements compte tenu de la situation. Ses soutiens sur place préparent activement sa venue en rendant compte heure par heure de l'évolution sociale dans les régions concernées. Le staff et la garde rapprochée du Président de la République savent que le Ministre n'est plus désiré dans les DROM.
Certains s'amusent à dire que le Ministre voulait prendre des vacances pour ne pas venir en Outre-Mer afin d'échapper à cette corvée : le propos serait prémédité selon eux.

On espère que les tensions retomberont car le débat passionné risque d'altérer la campagne présidentielle qui risque d'être "sans foi ni lois" : tout les coups semblent permis. Il est temps de sonner la fin de la récréation et de s'en retourner aux besoins du peuple qui semble être oublié par le Gouvernement.