Paperblog

mardi 7 février 2012

L'ouragan Letchimy vide l'Assemblée Nationale

La séance de "Questions au Gouvernement" de ce mardi 07 Février 2012 restera dans les annales de la 5ème République de la France et est digne d'un cas d'école. Suite aux propos de Serge LETCHIMY concernant une déclaration plus que douteuse de Claude GUEANT, Ministre de l'Intérieur, le Gouvernement mené par son Premier Ministre, François FILLON, a quitté les bancs de l'Assemblée Nationale induisant une suspension définitive de la séance.

Du jamais vu depuis la mise en place de la 5ème République : tout le Gouvernement est parti, préférant la "fuite" face au droit de réponse. Ne dit'on pas qu'il faille battre le fer pendant qu'il est encore chaud?
M. Bernard ACCOYER avait déjà averti à deux reprises (en novembre et en janvier) qu'en cas de perturbations il suspendrait la séance. On se croirait presque de retour sur les bancs d'école : en cas de chahut on expulse tout le monde. Quelle image de nos parlementaires... une cour de récréation de l'école élémentaire !

Mais le propos de Serge LETCHIMY semble pour le moins pertinent face aux déclarations successives du Ministre, mais aussi de certains autre ministre. La dernière relative aux "civilisations" et sur le fait que certaines sont meilleures que d'autres : "toutes les civilisations ne se valent pas, il faut protéger la notre". A juste titre, cela lance un débat idéologique fort quand à la place de certains au sein du monde mais aussi au sein du pays dit démocratique qu'est la France.
A ce titre, on en arrive à stigmatiser certains... comme c'est déjà le cas depuis un moment en France. La chasse au immigrés en règle ou pas, les délits de faciès et les dérapages sémantiques sont de plus en plus fréquent de la part de membres du Gouvernement depuis un bon moment. La chose dommageable, mais il s'agit de ses prérogatives en cette période, c'est que le Chef de l'Etat (ainsi que le Chef du Gouvernement) cautionne de telles "sorties".

Les propos du Député LETCHIMY (apparenté PS) sont certes forts et emblématiques en prenant pour exemple le courant idéologique qu'est le nazisme en faisant cette analogie avec les propos du Ministre : mais est il réellement en tord dans sa question?!
La forme et l'allusion peuvent donner à réfléchir voir sujette à interprétations, mais dans le fond le propos se justifie pleinement quant aux dérives permanentes auxquelles nous assistons fréquemment. Et le fait de tirer la sonnette d'alarme sur cette situation est comme un coup de tonnerre devant rappeler le danger vers lequel on pourrait se diriger... Pour mémoire, c'est ainsi que la notion du nazisme c'est développer : l'émergence d'une race dite supérieure, qu'il faille préserver, que les autres sont au dessous, qui a conduit aux camps de concentration pour y entreposer voir entasser (je sais le terme est fort) toutes les autres races voir civilisations qui ne correspondent pas aux critères ariens (délit de faciès).

Le fait  de souligner que ce type d'idéologie est l’apanage de l’extrême-droite prouve aussi qu'en cette période pré-électorale que tous les coups sont permis : on ratisse large au niveau électorat. Plus on fait de voix mieux on se porte, voilà à quoi se réduit une campagne. Aucun distinguo ni aucun sens moral n'a sa place et l'on cautionne se que l'on rejetait avant.

En décidant de partir avec son Gouvernement, le Premier Ministre a manqué une occasion de rétablir les choses et "d'élever le débat à un autre niveau avec la sévérité qu'il juge nécessaire" comme le souligne Mme TAUBIRA. C'est de son devoir de réprimander quand il y a des écarts et de recentrer le débats, mais qu'attendre de celui-ci quand il ne fait rien dans son propre parti. Agir ainsi ne serait que pure hypocrisie pour lui qui tolère voir acquiesce les écarts sémantiques.
En quittant les bancs dans un brouhaha indescriptible, les Parlementaires UMP ont préférés jeter l'éponge plutôt que de répondre ouvertement, sur un faux fond d'offense et d'indignation maquillée alors même que la plupart on désapprouvés (hors caméras) les propos de Claude GUEANT ce week-end.
Demander la sanction des propos de M. LETCHIMY mais aussi en tant que Député est un acte plutôt désinvolte et "lâche" plutôt que d'apporter une vrai réponse.

Serge LETCHIMY a fait preuve de courage et assume pleinement son intervention qu'il ne compte pas retirer et attend de Claude GUEANT des excuses quand à la teneur de ses derniers propos. Malgré la demande faite par François FILLON ainsi que d'autres Députés UMP, il ne fera pas d'excuses publiques.
Certains diront qu'il a prémédité son coup, voulu son heure de gloire, se démarquer comme Aimé CÉSAIRE en son temps, porter l'héritage du Chantre de la Négritude... mais malgré tout et en dépit de cela l'allocution visant à recentrer le Ministre était légitime.
Les ressortissants des réseaux sociaux vivants ou originaires des DOM ne tarissent pas d'éloges sur le Président de la Région Martinique et ce "dérapage" ou "sortie" contrôlée et volontaire (vu que tout le monde en fait) lui a assuré une certaine visibilité tant dans DROM qu'au niveau national.

Un Antillais, descendant d'esclave, a réussi l'incroyable en vidant les bancs de l'Assemblée Nationale sur des propos qualifiés de désobligeants par la majorité. Aucun n'avait réussi cet exploit : les temps changent.
Plutôt que de répondre, l'UMP a préféré partir en se tirant une balle dans le pied plutôt que d'élever et clarifier le débat : triste réalité...

Voici quelques vidéos retraçant cette séance ainsi que sa question !

Intervention du Député Letchimy

Interview de Serge Letchimy sur BFMTV

Question de Serge LETCHIMY à Claude GUÉANT