Paperblog

mercredi 1 février 2012

Disparition de l'enseigne LECLERC en Martinique

A l'aube de la symbolique date du 4 Février, la disparition de l'enseigne LECLERC du paysage de la grande distribution martiniquaise symbolise l'échec du mouvement social contre la vie chère qui a eu lieu en 2009 sur l'île !

En effet, l'arrivée du groupe sur l'île en 2010 avait pour but d'augmenter le pouvoir d'achat des martiniquais en proposant des prix bas chez ce discounter : les conditions étaient réunies pour que cet hyper puisse perdurer et relancer la consommation vu l'écart important avec la métropole (jusqu'à +84% de différence).
Accueilli en grandes pompes, générant de gros embouteillages le week-end de son ouverture, le groupe LANCRY avait obtenu le sésame pour se relancer dans la course de la grande distribution grâce à LECLERC face à Hyper U ainsi que Casino/Géant, vu qu'il s'était séparé de Carrefour.

Malheureusement, les finances n'étaient pas au beau fixe et les difficultés n'ont pas tardées à se faire ressentir lourdement pour les 2 parties en présence, cela quelques mois après le début de ce partenariat. La guerre des prix qui s'était installée de par la nature même de l'enseigne LECLERC qui lutte activement contre la vie chère a pesé sur les marges du groupe LANCRY déjà lourdement endetté !
Au final, LANCRY et ses 2 hypers du Lamentin ont été placés en redressement judiciaireL par le Tribunal de Commerce de Fort de France. Beaucoup se sont bousculés au portillon de la reprise dont LECLERC en priorité, puis Hyper U (Groupe Parfait) et Casino (Groupe Ho-Hio-Hen).

Le 13 Janvier, le groupe LECLERC a été totalement écarté de la reprise au profit du Groupe Parfait pour la franchise Hyper U... Un échec retentissant en somme tant pour ce partenariat que pour le martiniquais qui verra son pouvoir d'achat revenir au taux de 2009 !
E. LECLERC qui était fier de pouvoir contribuer au changement dans l'économie martiniquaise cherche toujours un autre partenaire local pour asseoir sa présence dans les Antilles et pour changer la donne dans la grande distribution. Il s'agit pour eux d'une bataille de perdue mais pas de la guerre.

A ce jour, et selon les plans prévus initialement par le Groupe Parfait, il semblerait que malgré le maintient des salariés sur les 2 plateformes du Lamentin via des reclassements pour certains, que quelques emplois risquent d'être interrompus, notamment sur la plateforme de gros de LANCRY. Des tensions sociales en perspective donc.

En ce 1er Février, après une augmentation significative du carburant dans la nuit, voici qu'une figure de proue disparaît ! En 3 ans, on retourne à l'état de fait qui existait en février 2009 : le temps est passé mais rien n'a changé au fond !
Tant de luttes et beaucoup de bruits pour rien?! On serait tenté de le croire au final...