Paperblog

lundi 9 janvier 2012

Le tourisme de croisière : un enjeu de taille sur les antilles

La saison touristique sans la section croisière bat son plein en ce moment aux Antilles : pratiquement pas un jour ne passe si on ne voit pas un bateau mouiller dans les port des capitales insulaires. Il faut avouer qu'en cette période de crise financière mondiale, cela a du bon pour les îles des caraïbes.

Singulièrement pour la destination Martinique, il est à noter qu'en général le tourisme traditionnel a été délaissé ces dernières années et que la profession s’essoufflait considérablement... alors quand on voit cette rotation fréquente de bateaux de croisière on ne peut que se réjouir.
L'objectif fixé et affiché par la nouvelle présidence du Comité Martiniquais du Tourisme (CMT) semble à moyen terme porter ses fruits, et la fréquence ainsi que la mise en avant de l'île aux fleurs ne peut qu'aider à relancer l'économie.

A l'heure où les destinations généralement prisées perdent la côte, le tourisme de Croisière prend un nouvel essor dans la région et aux vues des annonces des grandes compagnies, la saison hiver 2012/2013 sera très active dans le secteur : une multiplication d'offres concurrentielles verra le jour.

Des bateaux attirés par les chants des sirènes des caraïbes...
Brillance of the Seas

Pour répondre à l'appel, la compagnie américaine Royal Caribbean International jettera l'ancre dans les antilles durant la période en y positionnant le Brillance of the Seas qui est équipé de pratiquement 1100 cabines, sur un circuit essentiellement basé sur les petites Antilles.
Des croisières au départ de la Guadeloupe chaque mercredi et pour une durée d'une semaine seront proposés aux clients.


MSC Lirica
Une compagnie européenne et spécifiquement italio-suisse a indiqué qu'elle desservira la zone. Il s'agit de MSC Croisières par l'intermédiaire de son MSC Lirica composé de 765 cabines qui s'occupera un peu plus de la zone nord de la caraïbe avec des croisières hebdomadaires.
Les départs se feront à Pointe à Pitre, mais également à Fort de France... voilà qui semble intéressant pour la Martinique.

Ces deux nouveaux sur le marché ont influencés par ricochet un acteur traditionnel du professionnel de la Croisière sur la zone caraïbe, qui est en place depuis pratiquement 15ans.

Costa Luminosa
A l'annonce de ces nouveaux concurrents, Costa Croisières a revu sa présence et ses rotations dans la zone et depuis cette saison 2011/2012, on pu voir l'arrivée d'un second bateau dénommé le Costa Méditerranea (+ de 1050 cabines) pour épauler le Costa Luminosa ( 1 130 cabines) bien connu de la clientèle habituelle.

Costa Mediterranea
Le Costa Méditerranea devait normalement mouiller dans les eaux méditerranéennes avec des destinations prestigieuses comme les Emirats Arabes; mais la concurrence s'accentuant, il faut pouvoir répondre à la demande et se positionner en tant que leader dans le domaine et sur le secteur.

Entre Royal Caribbean International, MSC et Costa Croisières on assiste sur ces deux dernières années à un quadruplement de l'offre mais surtout de la capacité dans la bassin caribéen !! Chaque acteur touristique qu'il soit sur le marché local ou basé dans les métropoles verra son activité commerciale augmenter de manière significative.
De plus, il semble probable que Croisières de France veuille prendre aussi une part dans le gâteau si alléchant, et ce, même si l'incursion en "hiver" 2008/2009 n'a pas été fructueuse à cause de certains évènements sociaux.

Un nouveau tournant économique et touristique ?!

Il s'agit vraiment là d'un renouveau et il convient véritablement de prendre en compte tous les paramètres de ce que cela implique.
Plus l'offre augmente, plus les prix sont attractifs et compétitifs mais il faut que que chaque acteur n'en oublie pas que cela ne doit pas se faire au détriment de la qualité du service tant sur le bateau que sur terre. L'accueil qui fait (ou faisait) défaut aux Antilles françaises ne doit pas être négligé si nous voulons profiter de cet essor... il s'agit d'être maintenant des "Bâtisseurs de Paradis" en Martinique, si on reste dans la politique du CMT. 

On verra ce que l'avenir, qui semble prometteur, nous réservera et si le Tourisme reprendra toutes ses lettres noblesse sous nos latitudes.