Paperblog

dimanche 20 juillet 2014

L'évolution des noms sur Google+

Récemment, #Google informait les membres de son réseau social de la possibilité de pouvoir muter nos"vrais noms + prénoms" en "pseudos". Une avancée de leur part, sûrement pour attirer de nouvelles personnes.


Grossière erreur de leur part.
En effet, qualitativement on voit maintenant l'émergence des #kikoolol de #Facebook avec des noms insolites, improbables et à la grammaire / conjugaison plus que douteuse. Qualitativement les "earlier adopter" voient le niveau de ce réseau social baisser d'un cran.

Je ne blâme pas les fautes grammaticales car cela nous arrive à tous de temps en temps, de manière ponctuelle... sur Google Plus le qualitatif a toujours eu une part importante chez les contributeurs. De plus personne n'est parfait et le risque "zéro" n'existe pas.
Mais depuis ces changements, j'avoue avoir mal aux yeux dans les posts, dans les commentaires, sur les "noms"... et à lire certains, je ne suis pas le seul.
Il est question de "tout venant" par endroits avec bien sur les dérives qui sont pointées du doigt.

Google veut taper dans une certaine manne pour attirer une catégorie de personnes et s'ouvrir. Le risque pernicieux de cette évolution est la perte de son identité première au profit du "chiffre" avec une désaffection à la longue des premiers arrivants.

Bon nombre ont quitté Facebook vers #Twitter ou +Google+ pour des infos de qualité et une rédaction plus correcte. C'est, avec le principe des "cercles", les points fort du réseau social du géant de Mountain View... points qu'il ne devrait pas oublier lors de ce type de changements ou choix stratégiques. 

Google ne doit pas devenir (ou se transformer) en Facebook v2.5

Chacun voit midi a sa porte pour faire changer la donne et corriger le tir.
Car n'oublions pas qu'un message bien écrit et clair, donne une réponse adaptée et précise... surtout sur Google Plus et via aussi #GoogleSearch. Et qu'un nom adapté donne un peu plus poids à une information pertinente pour un bon référencement.