Paperblog

lundi 25 février 2013

Après le Horsegate voici venir le Fishgate ?

Une époque de scandales s'ouvre au niveau des chaînes alimentaires et des produits de consommation courante. La viande chevaline retrouvée en lieu et place de la viande bovine a créée un vaste remous dans cette filière, ce qui engendre une espèce de psychose digne d'un Hitchcock ! Damn...

Aujourd'hui, on a retrouvé du cheval dans des boulettes de viande servies dans un restaurant du groupe IKEA (oui vous avez bien lu, le fabricant de meubles) en Suède. Ces boulettes avaient été confectionnées d'ailleurs dans ce pays ! En même temps, faire des meubles et de la nourriture... [Private Joke]
De plus, des cannellonis normalement farcis avec du boeuf ont aussi fait les frais d'une transplantation chevaline en Espagne !
Toutes les autorités sanitaires sont donc sur le "qui vive" en ce lundi 25 Février 2013 en Europe. Les rapports tombent comme des anges déchus !

Et voilà que l'on apprend qu'entre 2010 et 2012, une ONG du nom d'Océana a réalisée une très grande étude sur les produits marins. Elle a testée 1 200 échantillons de poissons dans 674 points de vente répartis dans 21 états des USA... et là le couperet tombe dur aussi !
Cette étude a démontrée qu'un tiers des échantillons avait été mal étiqueté malgré les fortes recommandations des autorités sanitaires de la première puissance mondiale. Vive les tests ADN (et Horacio qui les a démocratisés).

Dans d'autres pays comme l'Irlande, il y a aussi tromperie sur la marchandise : les poissons commandés sont remplacés par d'autres moins chers mais aussi de moindre qualité (contrairement au cheval qui reste très nutritif). En méditerranée, l'espadon devient du requin... mais encore faut il savoir lequel dont il s'agit !
Aujourd'hui tout est dénaturé, voir sublimé et la recrudescence de filets, de sticks et autres produits reconstitués pousse le vice à l’extrême. Personnellement, les bâtonnets de crabes n'en n'ont jamais été pour moi. On assiste donc à un mélange d'espèces et de genres.

Hoplostèthe rouge renommé "Empereur"
Même le poissonnier du coin (je ne parle pas du vrai pêcheur) trompe aussi la clientèle en "customisant" les noms de certains poissons ou espèces... le requin devient donc "le veau des mers" ! Charmant tout cela, so cute !
Cela fait moins peur et tout de suite plus "exquis" à prononcer lors d'un dîner !

En sommes, que reste t'il pour que nos papilles gustatives se retrouvent ? Parce que vu ce qui est découvert chaque jour, on est en droit de se demander.

On me dit au fond de la salle "les fruits et légumes"... ben monsieur les résidus phytosanitaires sont généralement dépassés et les produits chimiques altèrent la texture et la nature de ces produits du sol ! N'oublions pas les épandages aériens et autres qui confèrent à ces produits un certain niveau toxique pour l'organisme humain.
Les régions sud du globe sont principalement concernées par ce type de problème comme en Afrique, en Amérique Latine, aux Antilles... où tout cela est toléré !

Force est de constater que la production à outrance et la société de consommation à outrance ont poussé à changer notre mode d'alimentation et à ne plus rien reconnaître.
Ces pratiques de changement devenues courantes, coûtent à tout un chacun et à quelque niveau que ce soit, tout en diminuant notre pouvoir d'achat.

Certes, tout le monde se réveille maintenant, mais qu'allons nous découvrir encore. Car ces rapports et remontées ne sont que des coups d’épées dans l'eau face au lobbying de certaines structures. Le monde change, notre corps change : que nous reste t'il de vrai et de naturel ? On peut se poser la question...