Paperblog

lundi 26 mars 2012

Free et Orange en plein divorce ?

L'arrivée et l’existence de Free Mobile sur le marché des opérateurs de téléphonie en France Métropolitaine est digne d'un feuilleton brésilien ou d'une sitcom américaine : pas un jour ou une semaine ne passe sans qu'il n'y ai un rebondissement retentissant.
En effet, depuis ce week-end du 24/25 Mars 2012, un nouveau scandale a vu le jour...

Orange menace de rompre le contrat d'itinérance qui a été mis en place avec Free Mobile dans les zones non desservies en France... le fameux contrat qui devrait ramener à Orange plus de 1,5 Milliards d'euros à terme !
Mais pourquoi une telle décision? 

Les diverses pannes et mécontentement des usagers lors de ces dernières semaines est l'une de raisons principales à la possible dénonciation de l'accord pris entre les 2 parties. A juste titre, Orange cherche à protéger ses clients d'une quelconque propagation des pannes majeures affectant le réseau du nouvel arrivant.
Orange estime avoir une qualité de service à maintenir à ses abonnés quelque soit l'état de son réseau "en propre", aussi tout élément perturbateur ne saurait remettre en cause leurs objectifs.

De plus, plusieurs "vents de suspicion" laissent entendre que l'opérateur historique chercherait à mettre des bâtons dans les roues du nouveau venu, entravant ainsi ses perspectives d'évolution. Orange n'a de cesse de démentir ces allégations et à force, il est normal que l'opérateur trouve cela pesant.
Se libérer de ce contrat permettrait donc à Orange de ne plus être sous les feux de certaines critiques et à Free de faire avec les moyens du bords... autrement dit quasiment rien et ce même sur Paris.

Par ailleurs, Orange a aussi été mis en cause de manière plus directe par l'ARCEP avec Free Mobile lors d'une interview de Jean-Ludovic SILICANI qui estimait que "les deux parties ont sous-estimées à la fois le nombre d'abonnés et la quantité de trafic passant par le réseau Orange"... voilà de quoi faire mal.
En effet, après avoir tant vanté l'exploit d'avoir signé ce contrat, qu'il revient tel un boomerang à Stéphane RICHARD (PDG d'Orange) : toutes les charges et problèmes lui reviendrait en somme.

Sur ce dernier point, il faut noter que bon nombre d'abonnés Free Mobile sont toujours liés chez leurs anciens opérateurs, et que ces derniers dans certains cas, passent par Orange. Sachant que Free compterait environ 2Millions d'abonnés et compte tenu de l'observation précédente, ce serait plus de 1 Millions de nouveaux abonnés transitant sur le réseau d'Orange.
Cela donne de quoi réfléchir sur les limites du système et les projections qui ont été faites de manière initiale.

Mais qu'arriverait il si Orange prenait cette décision de "divorcer" de Free Mobile et rompre ses voeux d'itinérance?

Il est clair que les retombées financières se feraient ressentir pour l'opérateur historique déjà sur les bénéfices à terme mais aussi sur les pénalités de rupture. Chaque divorce a un coup financier.
Mais cette rupture aurait aussi un impact très fort sur le développement de Free Mobile qui déploie actuellement ses antennes par secteur et a donc besoin d'Orange pour survivre... car sans antennes, c'est la marque qui serait vouée à une fermeture totale.

Il faut dire que cela serait dommage et préjudiciable pour les consommateurs car Xavier NIEL au travers de sa marque ont permis de changer les mentalités et les prix du marché. Les opérateurs ont fait de gros efforts sur les prix depuis Janvier et ce, grâce à Free Mobile.

Mais à ce stade, on peut se demander comment un contrat aussi important peut être remis en cause par l'un de ses parties? Pourquoi tout cela n'a t'il pas été anticipé? Ce divorce arrivera t'il à terme?
Il faut vraiment trouver un médiateur pour assainir les choses...