Paperblog

lundi 9 janvier 2012

Les radars ne riment pas avec la "Sécurité Routière"

Voilà un sujet délicat à aborder tant est qu'il est au coeur des préoccupations des usagers de la route que de l'Etat : il s'agit de la Sécurité Routière.

Chaque année, ce sont des centaines de milliers d'individus qui perdent la vie sur les routes que ce soit en période de fêtes ou en périodes dites "normales". Cela peut être du à une erreur de conduite, une inattention, l'usage de substances (alcools, drogues, ...), la vitesse excessive ou autres....
Sur ces points, le Gouvernement rivalise d'outils pour pouvoir prévenir plutôt que guérir, voir pleurer l'accidenté. On retrouve bien sur les permis à points, la perte de points pour infractions, les alcootests, les retraits de permis, l'augmentation des prix des contraventions, les radars.

Tous les moyens sont bons pour inciter les chauffeurs à revoir leurs modes de conduite sur les routes françaises. Mais est-ce suffisant et adapté? L'efficacité cherchée est elle atteinte?

Après l'augmentation de la contravention pour les automobilistes qui utilisent leurs téléphones portables au volant dès le début de l'année 2012, il a été évoqué un nouveau système de radars qui sera mis en place sur le territoire français, lors du Journal Télévisé de TF1 en date du 04 Janvier 2012... C'est un flash-back que peut être certains n'ont pas vu, aussi  je vous invite à y jeter un oeil.

Reportage TF1 / Radars

Il y a de quoi rester perplexe et notamment sur les dernières phrases du reportage.
En effet, l'arsenal mis en place pour faire respecter les limitations de vitesse est impressionnant et la technologie mise en oeuvre aussi !

Il est vrai que le radar fixe ne rapporte plus autant qu'avant : les gens connaissent les astuces et il n'y a que les mêmes "pauvres petits malheureux" (sans être péjoratif) qui se font prendre dans les filets. D'ailleurs, pour ratisser large on a supprimé les panneaux annonciateurs mais aussi les annonces dans les GPS homologués.
Avec twitter et d'autres réseaux sociaux embarqués, les radars mobiles sont signalés et ceux qui sont équipés savent éviter les embrouilles.

Maintenant, on vise haut et loin pour renflouer les caisses de l'Etat au détriment de l'automobiliste, de ses points et de sa profession. On table donc sur :
  • les radars de feux rouge qui vous contrôlent en cas d'infraction ou si vous brûlez le feu ;
  • les radars de tronçons qui vous référenceront et estimeront votre vitesse moyenne entre 2 points : vitesse trop élevée égale PV ;
  • les radars mobiles - mobiles qui sont embarqués dans une voiture banalisée : le moyen ultime et vicieux de faire de l'argent facile sur le contribuable !
En cette période, l'heure est maintenant au "chiffre" : faire du chiffre, dresser des PV, retirer des permis par la perte de points, encaisser des sommes de plus en plus important... voilà ce qui constitue une priorité derrière la notion de Sécurité Routière.
Cela perd tout son sens.

Comme le précisait Laurent HECQUET (délégué général de 40 Millions d'automobilistes) l'enjeu prioritaire n'est plus maintenant l'amélioration de la sécurité routière.
En effet, l'automobiliste aura plus les yeux rivés sur son compteur que sur la route, ce qui rendra la conduite encore plus dangereuse qu'avant, l'attention étant détourné des vraies priorités.
A cela s'ajoutera l'augmentation de chauffeurs sans permis sur les routes, les rendant plus incertaines vu que les voitures sans assurances seront légion. 
Et bien sur, bon nombre de personnes risquent aussi de perdre leur emploi faute de permis de conduire valide.

Le conducteur français devient donc une pompe à fric et le plaisir de la conduire disparaîtra au profit du stress au volant : voilà ce qui fera de nouveaux abonnés chez le médecin et à la Sécu.
Ceci dit, on pourrait penser (souhaiter) qu'à coté de cela, que les véhicules soient équipés de "série" de régulateurs de vitesses et autres accessoires pour aider à la conduite, sans véritable augmentation du prix d'achat d'une voiture. Faut pas rêver je pense, mais qui sait !

Beaucoup de moyens sont donc mis en oeuvre, mais on est en droit de s'inquiéter des mobiles et de l'efficacité des processus et procédures misent en place.
A ce stade, il faudrait aussi revoir l'éducation de l'automobiliste et sa relation face à la route mais aussi à son véhicule. D'autres pays Européens n'ont pas ces mesures aussi répressives (ex : les Pays-Bas) et pourtant le taux d'accident est plus faible que la France... de quoi s'interroger donc.

Aussi, soyez prudent sur les routes vis à vis des autres mais aussi vis à vis de votre portefeuille et faites tourner l'information.